Actualités

Plan vélo : tripler la part du vélo dans nos déplacements quotidiens

 
 
Plan vélo : tripler la part du vélo dans nos déplacements quotidiens

Non-polluant, peu coûteux, accessible à tous et bon pour la santé, le vélo a de nombreux avantages pour les utilisateurs et la collectivité. Le plan proposé par le Gouvernement a pour objectif de multiplier par trois l’usage du vélo, pour atteindre 9 % des déplacements en 2024, année des Jeux olympiques.

Aujourd'hui, la part des déplacements à vélo en France est trop basse : moins de 3% des déplacements quotidiens, contre 10% en Allemagne et 28% aux Pays-Bas.

Ce moyen de transport est encore regardé avec condescendance alors que "les bénéfices du vélo sont connus, pour la santé comme pour l’environnement." a déclaré le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy. 

Le plan vélo doit permettre de tripler la part du vélo dans les déplacements quotidiens des Français pour atteindre 9% en 2024, quand la France accueillera les Jeux olympiques.

"L’objectif, c’est de le mettre en place le plus rapidement possible." a souligné le Premier ministre. Ainsi, certaines mesures seront applicables dès 2019, d’autres en 2020.

Son succès reposera sur la mobilisation de tous les acteurs de terrain : collectivités, entreprises, associations. "Ce plan est un point de départ d’une dynamique collective."

Les 4 orientations du plan :

1. Le développement d’aménagements cyclables de qualité

Aujourd’hui, de nombreux territoires ne bénéficient pas encore d’un réseau de pistes cyclables permettant un déplacement en vélo fluide et sûr.

Demain, un fond national "mobilité actives" d’un montant de 350 millions d'euros aidera les collectivités territoriales à financer des infrastructures permettant de réduire les discontinuités entre les pistes cyclables et de faciliter les franchissements dangereux.

2. La lutte contre le vol

Aujourd’hui, plus de 300 000 foyers sont victimes d’un vol de vélo chaque année.

Demain, le marquage des vélos – permettant à la police de restituer les vélos retrouvés à leur propriétaire – sera généralisé, et des mesures seront prises pour développer le stationnement dans les bâtiments et dans les gares.

3. La mise en place d’un cadre incitatif, notamment fiscal

Aujourd’hui, le barème fiscal sur lequel s’appuient les entreprises pour rembourser leurs salariés de leurs déplacements inclut les différents modes mécaniques mais pas le vélo.

Demain, tous les employeurs privés et publics pourront contribuer au frais de déplacement à vélo de leurs salariés via un "forfait mobilité durable" jusqu’à 400 €/an en franchise d’impôt et de cotisations sociales (l’Etat, en tant qu’employeur, proposera un forfait de 200€/an).

4. La promotion d’une véritable culture du vélo

Aujourd’hui, on estime que 2 à 10% des Français n’ont jamais appris à faire du vélo, et le vélo n’est pas encore considéré comme un mode de transport à part entière.

Demain, l’apprentissage précoce du vélo sera généralisé, en partenariat avec le ministère des Sports, l’Éducation nationale et la Sécurité routière.

> dossier_de_presse_-_plan_velo_-_vendredi_14_septembre_2018 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,50 Mb