Habitat, Logement, Politique de la Ville

Conditions météorologiques : la Seine-Maritime placée en vigilance ORANGE canicule et ORANGE orages

Ce mercredi 12 août, Météo-France place le département de la Seine-Maritime en vigilance orange « alerte canicule » ainsi qu'en vigilance orange "orages".

> Voir l'article

Plan d'urgence hivernale 2019 - 2020

 
 
Plan d'urgence hivernale 2019 - 2020

Les mesures hivernales

Chaque année, du 1er novembre au 31 mars, un plan d’urgence hivernale est mis en place afin de préciser les objectifs et le dispositif de prévention et de gestion des impacts sanitaires et sociaux des vagues de froid ainsi que le rôle des différents acteurs. Il est porté une attention particulière aux populations vulnérables.

Le plan d'urgence hivernale en Seine-Maritime

La période hivernale réclame des pouvoirs publics une attention particulière sur la situation des personnes les plus vulnérables. Une veille saisonnière est organisée du 1er novembre au 31 mars.

Des mesures spécifiques de renforcement de la veille sociale et des dispositifs de mise à l’abri sont alors susceptibles d’être activées pour adapter la réponse aux besoins exprimés.

La veille hivernale mobilise tous les acteurs du secteur de l’accueil hébergement insertion

  • toutes les associations intervenant sur le champ de l’accueil et l’hébergement des personnes en difficulté et sur le champ de la veille sociale (accueils de jour, équipes mobiles, SIAO/115, associations caritatives…) ;
  • les établissements publics de santé ;
  • les mairies et les centres communaux d’action sociale (CCAS) ;
  • les services du Conseil départemental ;
  • les services d’urgence (15, 17, 18, 115) ;
  • et les services de l’État (Préfecture, DDCS, ARS …)

La veille hivernale s’organise autour de 3 niveaux de vigilance météorologique :

  • temps froid (température ressentie comprise entre - 5 ° et -10 ° et température maximum ressentie négative ou nulle)
  • grand froid (température ressentie comprise entre - 11 ° et - 17 ° et température maximum ressentie négative ou nulle)
  • froid extrême (température ressentie inférieure à – 18 ° et température maximum négative ou nulle)

Dans le cadre de l’exercice de cette vigilance par les pouvoirs publics, le préfet peut décider de la mise en place de dispositifs temporaires, lorsque les capacités d’hébergement sont saturées et que l’appréciation locale de la situation météorologique en révèle la nécessité.

Cette vigilance s’exerce à l’échelle de chaque grand territoire seino-marin (Le Havre, Rouen, Dieppe).

Les moyens supplémentaires dans le cadre de la veille hivernale

L’État finance annuellement le secteur accueil, hébergement, insertion de Seine-Maritime à hauteur de 30.2 millions d’euros, ce qui permet en particulier d’offrir toute l’année aux personnes sans-abri 1755 places d’hébergement, dont 727 d’urgence.

Priorité est donnée à la mise à disposition dans chaque territoire d’une offre d’hébergement, d’accompagnement, de logement accompagné ou d’insertion répondant à la diversité des besoins et adaptable en fonction de leurs évolutions. La veille hivernale permet une réponse adaptée aux besoins supplémentaires susceptibles d’apparaître à l’occasion des vagues de froid.

Lors des phases d’alerte, les gymnases Graindor à Rouen et Jacques Monod au Havre sont susceptibles d’être temporairement mobilisés, chacun pour 50 à 60 places supplémentaires à l’intention de personnes restant à la rue sans solution. Le site « Colette Yver » qui permet sur Rouen l’accueil de femmes et familles avec enfants (jusqu’à 80 personnes) est quant à lui maintenu ouvert après le 1er déclenchement d’alerte hivernale. En complément si nécessaire, et durant les périodes de déclenchement « temps froid » », « grand froid » et « froid extrême », des chambres d’hôtel pour les femmes et familles avec enfants peuvent être ponctuellement mobilisées.

La mise à l’abri est l’occasion d’un premier diagnostic pour les personnes non suivies par les services sociaux et les associations. Elle permet de vérifier qu’elles accèdent bien à leurs droits sociaux et dans le cas contraire, de les raccrocher aux systèmes de prise en charge et de les orienter vers des solutions d’hébergement et/ou de logement pérennes pour lesquelles les services de l’État en Seine-Maritime et leurs partenaires, associations, bailleurs sociaux, sont organisés.

Le SIAO/115

L’équipe des écoutants du SIAO/115 est opérationnelle sur l’ensemble du département.

Une personne ne peut pas être prise en charge contre son gré, mais tout doit être mis en œuvre pour la convaincre d'accepter une aide.

Les équipes mobiles

Le SAMU social à Dieppe, la Croix Rouge et le SAMU social au Havre, les équipes du Lien (Emergence-s), des Restos du coeur, de l’Autobus et de la Croix Rouge à Rouen, opèrent en soirée des tournées de maraudes en direction des publics à la rue.


Les dangers du froid

Les vagues de froid intense peuvent avoir un impact sur la mortalité et la morbidité des personnes qui y sont exposées. Certaines populations sont plus vulnérables, notamment les enfants, les personnes âgées et les personnes présentant certaines pathologies chroniques préexistantes, ainsi que celles ne pouvant pas se protéger efficacement du froid. Il s’agit notamment des populations précaires, sans domicile ou isolées, ainsi que des personnes qui travaillent dans des conditions les exposant au froid. Ces personnes peuvent être atteintes d’engelures, de gelures, d’hypothermies.

Chaque année des centaines de personnes sont victimes de pathologies provoquées par le froid.

Sont en cause :

  • Les maladies liées directement au froid telles que les gelures ou l’hypothermie, responsables de lésions graves, voire mortelles ;
  • L’aggravation de maladies préexistantes (notamment cardiaques et respiratoires) ;
  • Des effets indirects comme le risque accru d'intoxication au monoxyde de carbone due au dysfonctionnement d’appareils de chauffage (au gaz, au fioul ou au charbon) ou à une utilisation inappropriée d’un moyen de chauffage (chauffage d’appoint utilisé en continu) ou encore lorsque les aérations du logement ont été obstruées.

Certaines populations plus vulnérables sont à surveiller particulièrement, notamment les enfants, les personnes âgées et les personnes présentant certaines pathologies chroniques préexistantes, ainsi que celles ne pouvant pas se protéger efficacement du froid.

Le plan d’urgence hivernale

En l’absence de vigilance météorologique le niveau de vigilance « veille saisonnière », est activé, du 1er novembre au 31 mars de l’année suivante. Durant cette période, les dispositifs d’orientation par le 115 ou les équipes mobiles sont adaptés et renforcés. Des places supplémentaires de mise à l’abri sont ouvertes, soit en permanence sur la période, soit ponctuellement en fonction des niveaux de vigilance et de la saturation des dispositifs d’hébergement ouverts à l’année

En cas de vigilance météorologique (vague de froid)

Il s’agit de prévoir la mise à l’abri des personnes (avec ou sans domicile) en fonction de la vigilance météorologique. Il existe 3 niveaux (jaune, orange ou rouge), au vu des températures ressenties (froides, très froides ou de froid extrême),

  • Niveau 1, vigilance jaune pour une alerte temps froid – lorsque la température ressentie est comprise entre -5 et -10 degrés sur plusieurs jours et que la température ressentie maximum est négative ou nulle. Ce dispositif temporaire est mis en place si les capacités d’hébergement sont saturées. Dans ce cas sont notamment prévus l’ouverture de gymnases à Rouen et au Havre. Le Samu social, les services de secours et les forces de l’ordre repèrent et orientent vers l’accueil téléphonique du 115 les personnes susceptibles de bénéficier de ce dispositif.

 

  • Niveau 2, vigilance orange pour une alerte temps de grand froid – lorsque la température est comprise entre -10 et -18 degrés. Les maires peuvent être alertés par la préfecture en fonction de la situation. Ils sont chargés de repérer et aller vers les personnes isolées et les familles vivant dans des conditions d’habitat précaire, qui pourraient, de ce fait, se trouver en situation de danger.

 

  • Niveau 3, vigilance rouge pour une alerte temps de froid extrême – lorsque la température descend en dessous de -18 degrés).L’ensemble des services est alors mobilisé pour répondre aux besoins immédiats de mise à l’abri de la population la plus fragile. Le centre opérationnel départemental de la préfecture (COD) peut être mobilisé pour organiser la mise en œuvre de mesures de gestion des secours qui apparaîtraient nécessaires.

Des dispositifs d’accueil sont mis en place sur l’ensemble du département. Des lieux d’accueil sont identifiés et ouverts en fonction du niveau de vigilance et des besoins.

Il est demandé à chacun d’être particulièrement vigilant et de signaler rapidement au SAMU social via le 115 les personnes en situation d’habitat précaire ou sans abri.

> arrêté_plan_urgence_hivernale - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,10 Mb

> Plan_urgence_hivernale_2019_2020 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,33 Mb