Actualités

Le plan hivernal avancé

 
 
Le plan hivernal avancé

La ministre déléguée en charge du logement confirme l’anticipation du plan hiver annoncée par le Premier ministre Jean Castex et précise les conditions d’application des nouvelles mesures sanitaires pour les personnes sans domicile fixe et pour les associations qui leur viennent en aide.

Comme annoncé par le Premier ministre et afin de protéger les personnes en situation de grande précarité, le plan hivernal est entré en vigueur le dimanche 18 octobre, au lieu du 1er novembre habituellement. Emmanuelle Wargon a précisé que des places supplémentaires seraient ouvertes pour mettre à l’abri le plus de personnes possible. Les maraudes, les accueils de jour et de nuit seront renforcés. Par ailleurs, les 28 000 places « covid » déjà ouvertes seront maintenues, portant le nombre de places ouvertes à ce jour à 180 000.

La ministre a également rappelé que la circulaire du 2 juillet 2020 est toujours en vigueur et protège les personnes vulnérables. En effet, elle prévoit qu’aucune sortie de l’hébergement ne peut se faire sans une proposition de logement et que les expulsions locatives avec concours de la force publique doivent s’accompagner d’une solution de logement ou d’hébergement.

Emmanuelle Wargon a détaillé par ailleurs les conditions d’application des nouvelles mesures sanitaires permettant de s’assurer que les associations pourront maintenir leurs activités d’aide sans entrave. Dans le cadre du couvre-feu, les établissements et services accueillant les publics en situation de grande précarité bénéficieront d’une dérogation pour rester ouverts au-delà de 21 h. Il s’agit des centres d’hébergement, des hôtels sociaux, des résidences sociales, pensions de famille et foyers de travailleurs migrants, des accueils de jours et de nuit. Les maraudes et les équipes mobiles auront leur activité maintenue grâce aux attestations que salariés et bénévoles pourront remplir et faire valoir.

En lien avec le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, Emmanuelle Wargon a confirmé à l’ensemble des acteurs du secteur de l’hébergement et de la lutte contre l’exclusion que des consignes claires seront diffusées aux forces de l’ordre pour que, comme lors de la période de confinement du premier semestre, la situation des personnes fragiles, en particulier des personnes sans domicile, soit appréciée avec discernement et ne donne pas lieu à verbalisation.

À Rouen, des places supplémentaires ont été ouvertes pour permettre la mise à l'abri des personnes à la rue après 21 h.

En lien avec les services du 115, les maraudes Autobus et Croix Rouge ont été mobilisées afin de repérer les personnes à la rue et les transporter vers les sites d'accueil supplémentaires financés par les services de L’État.

Par ailleurs, les places ouvertes dans le cadre de la circulaire du 2 juillet 2020 sont restées ouvertes et permettent la poursuite de l'hébergement des personnes vulnérables.