Présentation des services

L'Etat en Seine-Maritime

 

L’organisation et les missions des directions départementales interministérielles(DDI)

Le décret n° 2009-1484 du 3 décembre 2009, paru au JO du 4 décembre, a précisé l’organisation et les missions des nouvelles directions départementales interministérielles (DDI), mises en place dans le cadre de la réforme de l’administration territoriale de l’État. Créées par fusion des nombreux services existants aujourd’hui, les nouvelles composantes de l’administration départementale sont des services déconcentrés de l’État relevant du Premier ministre et placées sous l’autorité directe des préfets.

Désormais, outre l’inspection d’académie, les services de la sécurité publique et la direction départementale des finances publiques, résultant elle-même du rapprochement des services fiscaux et de la trésorerie générale, le préfet disposera de seulement deux ou, dans les plus gros départements, trois directions départementales interministérielles :

- la direction départementale des territoires et de la mer, regroupant les services de l’équipement, de l’agriculture et des affaires maritimes, sur le littoral;

- la direction départementale de la cohésion sociale, regroupant essentiellement les services de la jeunesse et des sports et la partie sociale des actuelles directions départementales des affaires sanitaires et sociales ;

- la direction départementale de la protection des populations, regroupant les services vétérinaires et l’administration de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Sur le plan des ressources humaines, cette organisation favorise une répartition claire des responsabilités opérationnelles :

- un pilotage central en liaison étroite avec la DGAFP et les ministères ;

- une coordination régionale assurée par le préfet de région avec les directeurs régionaux et le concours des plates-formes RH ;

- une gestion locale par le préfet de département avec les directeurs départementaux et leurs responsables RH

DDI
en savoir plus sur [La cohésion sociale]

La cohésion sociale

DDCS

La DDD est un service déconcentré de l’État relevant du Premier ministre et placée sous l’autorité du préfet de département.

La direction départementale de la cohésion sociale de la Seine-Maritime (DDCS) et la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Haute et Basse Normandie (DRJSCS) ont été rassemblées le 1er janvier 2016 pour devenir la direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Normandie et de la Seine-Maritime (DRDJSCS).
 
 Les services de l'ex-DDCS restent chargés de la mise en œuvre des compétences départementales de la DRDJSCS, sous l'autorité du directeur départemental délégué placé auprès du préfet de département.

La DDD met en œuvre un ensemble de politiques centrées sur le développement du lien social en direction des populations défavorisées, vulnérables, voire exclues, mais également en direction de l’ensemble de la population et notamment des jeunes.

en savoir plus sur [La protection des populations]

La protection des populations

DDPP

Depuis le 1er janvier 2010, la direction départementale de la protection des populations (DDPP) regroupe 100 agents issus des anciennes unité départementale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DDCCRF) et direction départementale des services vétérinaires (DDSV).

Les territoires et la mer

Les territoires et la mer

La Direction Départementale des Territoires et de la Mer de la Seine-Maritime (DDTM 76) est un service interministériel créé le 1er janvier en 2010, dans le cadre de la réorganisation de l'administration territoriale de l’État (RÉATE).

La DDTM exerce l'action de l’État dans les domaines de l'écologie,de l'environnement, du développement durable, du logement, de l'aménagement du territoire, de l'agriculture, de la mer et de la pêche, de l'urbanisme, de la sécurité et de l'éducation routières.
Elle a pour ambition, à travers une structure interministérielle et une approche transversale des problématiques d'offrir des réponses plus intégrées et de garantir la pertinence des services rendus, dans un souci d’unicité de la position de l’État, de sécurité juridique et de regroupement de l’analyse technique.

 

A lire dans cette rubrique