Fin de l'épisode sécheresse en Seine-Maritime

 
 
Fin de l'épisode sécheresse en Seine-Maritime

Compte-tenu de l'amélioration de la situation hydrologique, l'épisode de sécheresse, en vigueur depuis l'été dernier, est désormais terminé.

En conséquence, les limitations et interdictions d’usage de l'eau sont toutes levées. Les arrêtés ci-dessous sont donc caduques.

Les précipitations du mois de décembre ont permis un début de recharge des nappes souterraines de l’ensemble du département. Les débits des cours d’eau sont nettement en hausse. Les niveaux des piézomètres et des cours d’eau sont maintenant revenus à la normale, tous au-dessus des seuils d’alerte.

L'ensemble des informations relatives à cette situation est disponible sur le site de la Délégation interservices de l'eau et de la nature (DISEN) : http://dise.seine-maritime.agriculture.gouv.fr/

Cette levée de restrictions ne doit pas inciter à infléchir un comportement éco-responsable.

L’eau est un bien précieux ! Chacun de nous, en modifiant ses habitudes, peut réduire sa consommation d'eau de 30 %.

Le communiqué de presse du 26 décembre 2017.

Bulletin suivi d'étiage du 15 décembre 2017


Les actions pour une meilleure gestion de la ressource en eau en période de sécheresse

Voici les actions pour «encourager la sobriété des usages et l’innovation» :

engager les citoyens, les entreprises ainsi que les administrations et les services publics dans des démarches d’économies d’eau, grâce notamment à des campagnes de  proximité de sensibilisation et de communication, tout au long de l’année ;

poursuivre les investissements avec les collectivités pour accentuer la maintenance des réseaux afin de réduire au maximum les fuites dans les canalisations et favoriser la réutilisation des eaux usées traitées, quand cela est pertinent ;

développer une agriculture plus économe en eau et multi-performante, notamment grâce au choix des assolements ; progresser encore, via l’innovation, dans l’efficience de l’irrigation (réduction des pertes dans les réseaux, pilotage, sélection génétique et stratégies des cycles culturaux) ;

réaliser, là où c’est utile et durable, des projets de stockage hivernal de l’eau afin d’éviter les prélèvements en période sèche, lorsque l'eau est rare ;

soutenir et valoriser la recherche et le développement de nouvelles solutions dans nos différents organismes scientifiques ainsi que dans les pôles de compétitivité hydrique (DREAM en Centre Val-de-Loire, Pôle EAU en Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur et HYDREOS dans le Grand est).

Les actions pour « faire émerger des solutions locales adaptées dans l’ensemble des territoires » :

après celui de 2011/2016, élaborer un deuxième Plan national d’adaptation au changement climatique d’ici fin 2017 pour mieux adapter les actions aux conséquences locales du changement climatique ;

soutenir le déploiement du plan d’actions « eau et assainissement » en outre-mer ;

accompagner les collectivités locales compétentes dans le domaine de la préservation de l’eau et des milieux aquatiques, notamment via les Agences de l’eau ;

mobiliser les préfets coordonnateurs de bassin pour dynamiser les projets de territoires, qui permettent une concertation, avec l’ensemble des partenaires, sur les besoins locaux en eau. 

mettre en place une cellule d’expertise afin de dénouer les éventuelles difficultés rencontrées dans la gestion de la ressource en eau en agriculture. Cette cellule sera placée sous l’autorité conjointe des ministres de la Transition écologique et solidaire et de l’Agriculture et de l’Alimentation. D’ici le 31 octobre, la cellule d’expertise examinera les cas de tous les projets de territoires en cours pour voir s’il est possible d’accélérer leur réalisation, et rendra compte aux ministres des conséquences à tirer de cet exercice.

Retrouvez ici le communiqué de presse national >ici

 Guide pratique de la sécheresse en Seine-Maritime


Des arrêtés préfectoraux ont ainsi été pris pour plusieurs zones d’alerte constatant le franchissement des seuils sécheresse et prescrivant les mesures de surveillance, de limitations ou interdictions provisoires des usages de l’eau :

Concernant la zone d’alerte n° 1 "Bresle", la situation a évolué. L’arrêté du 7 août 2017 constate le franchissement du seuil de crise pour les eaux superficielles. L’arrêté du 11 juillet 2017 est donc abrogé.

Le seuil de la zone d’alerte n° 2 - Yères, Eaulne, Béthune s’est également dégradé vers le seuil de crise pour les eaux souterraines et un nouvel arrêté a été pris le 25 juillet 2017, abrogeant celui du 21/06/2017.

Le franchissement du seuil d’alerte renforcée a été atteint les eaux superficielles de la zone d’alerte n° 3 "Saâne, Vienne, Scie, Varenne et Arques". Les arrêtés préfectoraux du 24/05/2017 et 02/06/2017 sont abrogés et remplacés par celui du 15 juin 2017.

Une légère amélioration est constatée sur la zone d’alerte n° 4 "Durdent, Dun, Veules, Valmont, Ganzeville" qui a franchi le seuil d’alerte. L’arrêté préfectoral a été pris le 22 août 2017, abrogeant celui du 25 juillet 2017.

La situation de la rivière du Commerce a franchi le seuil d’alerte renforcée. Un arrêté sécheresse concernant cette zone d’alerte n° 5 "Etretat, Yport, Pointe de Caux, Commerce et embouchure de la Seine" a été pris le 17 octobre 2017 annulant celui du 2 octobre 2017.

La situation a évolué pour la zone d’alerte n° 6 "Caux Seine - Val des Noyers et Vallée de la Seine" : le seuil d’alerte renforcée a été franchi pour les eaux souterraines et pour les eaux superficielles. L’arrêté préfectoral a été signé le 2 août 2017, abrogeant celui du 11 juillet 2017.

La situation a évolué pour la zone n° 7 "Cailly, Aubette, Robec, Vallée de la Seine". L’ arrêté préfectoral du 5 octobre 2017 constate le franchissement du seuil d’alerte pour les eaux superficielles. L’arrêté du 7 août 2017 est donc abrogé.

Ces présentes dispositions s'appliquent jusqu'à ce que la situation revienne à la normale. En cas d'aggravation de la situation, des mesures restrictives supplémentaires limitant les usages de l'eau pourront être activées par arrêté préfectoral.