Actualités

Déficit pluviométrique sur l’hiver 2018 – 2019 : Mise en oeuvre des premières mesures d’encadrement des usages

 
 

Les nappes phréatiques se rechargent essentiellement durant une période s’étendant du mois de septembre au mois de mars. En dehors de cette période, l’eau de pluie n’alimente plus les nappes, du fait notamment de son évaporation dans l’atmosphère et de la croissance des végétaux, fortement consommateurs d’eau.

La Seine-Maritime affiche un déficit pluviométrique durant la période de recharge des nappes . De septembre 2018 à avril 2019, le déficit pluviométrique est de l'ordre de 20 à 35 % (- 21 % à Rouen, - 27 % à Dieppe et - 36% au Havre à fin avril).

Ce déficit s’est répercuté sur le niveau des nappes et des cours d’eau qui sont relativement bas pour la période sur une partie du département. Sans atteindre les niveaux de 2017, ils sont néanmoins sensiblement plus faibles qu’en 2018.

Au regard de cette situation, il est impératif de sensibiliser les usagers de l’eau (collectivités et grand public, secteurs agricole et industriel) et de les inciter à une gestion économe de la ressource.

Un comité de suivi sécheresse, regroupant socio-professionnels, acteurs de l’eau, associations et représentants des usagers a été réuni le 29 mai dernier afin de partager sur la situation et d’anticiper la période à venir.

En fonction de la situation (débits des cours d’eau et niveau des nappes), des mesures de sensibilisation, de restriction voire d’interdiction de certains usages peuvent être déclenchées sur les zones concernées. La carte jointe précise les 9 zones couvrant le département de la Seine-Maritime.

Situation détaillée

Actuellement trois zones sont placées en vigilance : Les zones 3 (Saâne, Vienne, Scie, Varenne, Arques), 5 (Pointe de Caux dont Etretat, Yport, Commerce, Lézarde et embouchure de la Seine) et 7 (Cailly, Aubette, Robec, vallée de la Seine). Ceci conduit à une sensibilisation des usagers des bassins versants concernés qui sont appelés à un comportement citoyen, et à un suivi renforcé des services de l’État et des exploitants des forages destinés à l’alimentation en eau potable.

Une zone est placée en alerte : la zone 6 (Austreberthe, Fontenelle, Rançon, Saint Gertrude).

Pour cette zone les mesures relatives à la vigilance s’appliquent et sont complétées par des mesures de sensibilisation, de surveillance et de limitation des usages de l’eau dans les communes concernées. Les limitations d’usage s’appliquent à tous, particuliers, entreprises, agriculteurs, services publics et collectivités. Les prélèvements destinés directement à l’eau potable, à la prévention et à la lutte contre les incendies ne sont pas impactés par ces restrictions.

Ainsi pour la zone 6 les mesures suivantes s’appliquent principalement :

  • Toutes les consommations d’eau des particuliers et collectivités non indispensables à la santé et au maintien de la salubrité publique sont interdites (remplissages de piscines à usage privé, lavage des voitures sauf dans les stations professionnelles, fontaine publique en circuit ouvert, remplissages de plans d’eau…) ou autorisées seulement hors journée (lavage voies et trottoirs…, arrosages des espaces verts et terrains de sport, des golfs).
     
  • Les entreprises doivent réduire leur consommation d’eau de 10 % par rapport à la consommation moyenne journalière. Les ICPE doivent réduire leur consommation au strict nécessaire ou suivre les prescriptions sécheresse associées à leur autorisation.
     
  • Les travaux et rejets en rivière, les vidanges de plans d’eau à usage commercial, les manœuvres des ouvrages hydrauliques doivent faire l’objet d’une autorisation préalable auprès de l’administration. Seules les vidanges des piscines à usage public sont autorisées. Les vidanges des plans d’eau sans usage commercial sont interdites.
  • Les usages agricoles sans techniques économes en eau sont à minima à privilégier entre 20 heures et 10 heures, et en plein champ ils sont sauf dérogation interdits entre 10 heures et 20 heures. Les usages agricoles avec techniques économes en eau et en plein champ sont à privilégier la nuit.

Les mesures de restrictions ne sont pas applicables si l’eau provient de réserves d’eaux pluviales ou d’un recyclage.

Durée

Les présentes dispositions s’appliquent jusqu’à ce que la situation revienne à la normale. En cas d’aggravation de la situation, des mesures restrictives supplémentaires limitant les usages de l'eau pourront être activées par arrêté préfectoral.
 

Activités nautiques

Des mesures de restrictions spécifiques aux activités nautiques seront éventuellement définies ultérieurement.

L’ensemble des informations relatives à cette situation est disponible sur le site de la délégation interservices de l'eau et de la nature (DISEN) par le lien ci-après :

http://dise.seine-maritime.agriculture.gouv.fr/secheresse

Pour tout renseignement, personne à contacter :