Actualités

Journées européennes du patrimoine : La préfecture ouvre ses portes au public le samedi 21 septembre

 
 
Journées européennes du patrimoine : La préfecture ouvre ses portes au public le samedi 21 septembre

 

 
Dans le cadre de la 36e édition des Journées européennes du patrimoine, la préfecture de la région Normandie, préfecture de la Seine-Maritime, ouvre ses portes au public samedi 21 septembre pour des visites guidées dès 9h00 - départ toutes les demi-heures.

 

 

 
 

Horaires : de 9h à 11h et de 13h30 à 16h, sur inscription par téléphone ou courriel :
pref-communication@seine-maritime.gouv.fr , 02 32 76 50 60
Les entrées se feront uniquement par la cour d'honneur (rue Lecat).

 

Les visiteurs pourront traverser des lieux chargés d’histoire et exceptionnellement ouverts, tels les Grands Salons, la Tisanerie ou le bureau du Préfet.

 

 
Flyer JEP 2019 - Verso
 

Deux expositions jalonneront le parcours :

  • "Il était une fois l’Hôtel-Dieu", le patrimoine et l’histoire de l’ancien établissement hospitalier seront présentés par le groupe d’histoire des hôpitaux de Rouen ;
     
  • "60 ans - 1959-2019", à l’occasion des 60 ans du Ministère de la culture, la Direction régionale des affaires culturelles de Normandie y valorisera les lieux et monuments emblématiques de la Normandie.

 

Un peu d'Histoire : l'Hôtel-Dieu en quelques dates

Nichés aujourd’hui au cœur du quartier Pasteur, les bâtiments de l’Hôtel-Dieu ont débuté leur vie au 16ᵉ siècle isolés du centre-ville de Rouen, dans la campagne qu’est alors le faubourg Cauchoise.

Jusqu’à lors, les épidémies de peste successives ravagent le centre historique de Rouen. Malgré la prise de mesures telles que le marquage des portes ou celles visant à favoriser la circulation de l’air et de la lumière, le fléau persiste.

Lors de l’une de ces épidémies, les édiles rouennais décident de créer un hôpital pour les pestiférés : un lieu de santé “hors la ville” afin d’éviter de recevoir les pestiférés à l’Hôtel-Dieu de la Madeleine qui était situé près de la cathédrale. L’achat de terres faubourg Cauchoise et l’installation de constructions rudimentaires sont actés par la Ville : le Lieu de Santé entrera en fonction en 1620.

Néanmoins, la situation ne s’améliore pas autant qu’espéré et l’état pitoyable des bâtisses aboutit à leur démolition. Il faudra une nouvelle épidémie à la fin du 17ᵉ s. pour que la construction de vastes bâtiments soit entamée en 1654 d’après le projet de l’architecte Abraham Hardouin. C’est ainsi que naissent au Lieu de Santé les hôpitaux Saint-Louis pour les malades et Saint-Roch pour les convalescents, du nom des deux saints invoqués dans la chrétienté contre la peste.

Les années se suivent et la peste régresse, le Lieu de Santé doit alors se trouver une autre vocation et c’est tout naturellement qu’il s’impose pour accueillir les malades de l’Hôtel-Dieu de la Madeleine devenu vétuste.

De nouveaux bâtiments sont alors édifiés afin de compléter l’ensemble existant et l’église de la Madeleine y est adossée dès 1767.

Après 8 ans de travaux, c’est le 17 juillet 1758 que la procession de malades quitte l’Hôtel-Dieu de la Madeleine pour s’installer dans le Lieu de Santé qui devient alors le nouvel Hôtel-Dieu. Fréquenté par des générations de Rouennais, ses fonctions hospitalières migrent à l’est de Rouen pour s’installer dans le nouvel hôpital Charles Nicolle en 1989.

C’est à la faveur de la décentralisation qu’il est décidé de transformer l’Hôtel-Dieu afin qu’il puisse accueillir les services de la préfecture de la région Haute-Normandie, préfecture de la Seine-Maritime. Après trois ans de travaux colossaux, la préfecture traverse la Seine pour investir ses nouveaux locaux à l’automne 1995.