Actualités

Cérémonie des voeux aux forces de sécurité et de secours

 
 
Cérémonie des voeux aux forces de sécurité et de secours

Fabienne Buccio, préfète de la région Normandie, préfète de la Seine-Maritime a présenté ses vœux aux forces de sécurité et de secours le 23 janvier 2019.

 

Discours de Madame la préfète à l’occasion de la cérémonie des vœux aux forces de sécurité 23 janvier 2019

 

Monsieur le procureur de la République ;

Mesdames et messieurs les sous-préfets

Général, commandant la région de gendarmerie ;

Monsieur le directeur départemental de la sécurité publique

Monsieur le Directeur du SDIS

Monsieur le délégué militaire départemental,

Mesdames et messieurs les chefs de services régionaux et départementaux de la Police aux frontières, des Douanes, de la sécurité Intérieure, de la Police judiciaire, du GIR, du renseignement territorial, des SAMU, du SIRACED-PC et du service de déminage

Messieurs les présidents d’associations de sécurité civile

Mesdames et Messieurs les autorités civiles et militaires.

 

Je salue particulièrement la présence parmi nous du Colonel et des commandants d’escadron de gendarmerie mobile de Mont St Aignan et du Havre ainsi que le commandant de la compagnie républicaine de sécurité de Darnétal.

Chacun comprendra la raison de leur présence.

À travers eux, je souhaite souligner l’action exemplaire de ces forces de sécurité qui, chez nous, mais aussi dans toute la France, sont venus prêter main forte à nos policiers et à nos gendarmes. Si besoin en était, ils ont, une nouvelle fois, démontré leur efficacité, leur utilité. Sans eux, sans la force de projection qu’ils représentent en tous lieux et en toutes circonstances, sans leur professionnalisme et leur maîtrise, peut être n’aurions-nous pas pu nous réunir aujourd’hui,

Chacun de nous, chaque française, chaque français, doit mesurer ce que nous leur devons.

Je suis particulièrement heureuse de réunir en ce début d’année 2019 à la Préfecture, dans cette maison de l’État, celles et ceux, militaires ou fonctionnaires civils  qui ont fait le choix d’un métier de la sécurité et du secours au service de nos concitoyens.

          Merci, Monsieur le Procureur, de votre présence à mes côtés pour représenter l’institution judiciaire, elle confirme, si besoin en était, la bonne entente qui règne entre nos deux institutions, dans le respect de nos compétences propres mais avec la même volonté d’agir au service de nos concitoyens. Je tiens à excuser Monsieur le Procureur général et Madame la première présidente. Tous deux retenus par une réunion zonale à Rennes, auraient souhaité être parmi nous, ils m’ont demandée de vous transmettre leurs remerciements pour l’action que vous conduisez au quotidien.

          En tout premier lieu, je tiens à vous présenter à vous et à vos familles mes meilleurs vœux pour cette année 2019: des vœux de santé, des vœux de réussite professionnelle et d'épanouissement personnel.

          À vous tous ici présent, mais aussi à ceux  qui n’ont pu être là et que vous représentez, je tiens à dire combien j’apprécie et mesure votre engagement au quotidien. La qualité de vos interventions n’est pas le fruit du hasard, elle est le fruit de votre professionnalisme et de votre investissement personnel.

Chargée, elle le fut, cette année 2018, et ces derniers mois ont été pour nous tous, atypiques, le mouvement dit des « gilets jaunes » nous a placés, vous a placés, au centre d’un tourbillon opérationnel et médiatique sans précédent. Votre conduite, face à ces évènements, face à cette pression, a été exemplaire, j’y reviendrai plus longuement tout à l’heure.

Nous sommes nombreux, nous sommes divers, mais nous sommes unis dans le service que nous devons rendre. Ensemble nous formons une famille, une chaîne de solidarité, tournée vers un seul objectif la protection du citoyen et la garantie de ses libertés fondamentales

Nous l’avons tous constaté, les évènements de ces derniers mois sont sans précédents, le mouvement des gilets jaunes est nouveau, par sa forme, son manque de structuration et surtout, malheureusement, par la violence sans précédent avec laquelle il s’exprime de manifestations en manifestations. Nous avons ensemble fait face, en restant et le défi est bien là, mobilisé sur les autres fronts.

La devise de notre République « liberté, égalité, fraternité » me semble être la plus claire des illustrations de ce qui guide notre action au service de la sécurité et de l’ordre. En effet, si notre sécurité n’est plus garantie, nous ne sommes plus libres d’aller et venir, de penser, de choisir : il n’y a plus de LIBERTÉ. Si notre sécurité n’est plus garantie, c’est la loi du plus fort qui s’applique, et il n’y a plus d’EGALITÉ. Enfin, si notre sécurité n’est plus garantie, les individus se replient sur eux même dans la défiance, et il n’y a alors plus de FRATERNITÉ.

C’est pour garantir le lien social, la capacité à vivre ensemble et à construire, que les pères de notre République ont décidé qu’il fallait doter la puissance publique, c’est-à-dire l’État, du monopole de l’usage légal de la force. C’est là une très grande responsabilité que nous portons collectivement , car nous devons utiliser cette force qui nous est confiée de manière adaptée et proportionnée.

Et je dois vous dire toute la fierté qui est la mienne lorsque je vois qu’au fil des semaines, malgré la fatigue et la pression, vous ne vous êtes jamais départis de ces deux qualités majeures.

L’adaptabilité tout d’abord : vous avez su, au fil de l’année qui vient de s’écouler, gérer avec le même professionnalisme la sécurité d’évènements aussi divers que la coupe du monde de football, où il fallait contenir les débordements liés à la liesse, les manifestations syndicales, avec leurs habitudes d’occupation de l’espace public, bien établies chez nous, où la gageure était d’éviter un blocage trop important de la circulation et de la vie économique, et enfin le mouvement des gilets jaunes

Dans cette crise récente, vous avez, on l’oublie trop souvent, protégé autant les manifestants des risques qu’ils prenaient pour eux-mêmes par inexpérience et effet de groupe, que les biens publics et, autant que possible, notre potentiel économique, ce qui a permis d’éviter que le mouvement des gilets jaunes ne fragilise davantage encore les nombreux commerces et entreprises, déjà malmenés à l’issue de plusieurs semaines de perturbations. Cela a aussi permis d’éviter de mettre des travailleurs au chômage total.

Vous avez su vous adapter chaque jour aux circonstances, élaborer parfois en quelques heures, de nouvelles doctrines d’emploi des forces, gérer en même temps l’ordre public et la sécurité routière, et pendant ce temps, continuer à assurer l’essentiel de vos missions classiques de sécurité publique et d’enquêtes car il le fallait et nos concitoyens n’auraient pas compris qu’il en soit autrement. Vous l’avez fait, au prix d’un courage et d’un sens du devoir qui forcent l’admiration.

La seconde qualité que je voulais évoquer, c’est la parfaite maîtrise professionnelle dont vous avez fait preuve,

Le mouvement social que nous connaissons depuis plus de deux mois se caractérise désormais par son extrême violence verbale et physique. Tant l’anonymat des réseaux sociaux que celui du groupe ont permis à certains de laisser libre cours à leurs plus bas instincts.

Représentants de l’ordre et de la loi, vous avez été pris pour cible. Certains l’ont fait par calcul politique, ou haine de la société et beaucoup, malheureusement pas suivisme, passivité, désœuvrement, ou sous l’emprise de l’alcool. Alors qu’après les attentats du Bataclan vous étiez applaudis dans la rue, aujourd’hui, une infime minorité, galvanisée par des images aussi faciles que falsifiées sur les réseaux sociaux, croit utile de faire de vous l’objet de leur colère. Tant les propos insultants que nous avons entendus, que les provocations et agressions que vous avez subis, sont INACCEPTABLES, et je n’aurai de cesse de combattre ceux qui veulent salir l’honneur et l’image de nos forces de sécurité.

Dans ce contexte vous avez su à chaque instant rester professionnel et je mesure la maîtrise de soi, la force d’esprit que cela demande. Aucun de vous ne m’a fait défaut. Je suis, comme l’immense majorité de nos concitoyens, fière de vous, incroyablement fière, je me sens humble face à vous et mesure pleinement la responsabilité qui est la mienne à chaque instant quand je vous demande d’intervenir dans de telles conditions. Si, à ce jour, ce mouvement n’a fait chez nous ni mort, ni blessé grave, j’ai aujourd’hui une pensée particulière pour les 25 gendarmes et policiers qui ont été blessés dans notre département depuis le début du mouvement.

Gendarmes des PSIG et des brigades, policiers des CDI, des BAC et de sécurité publique, fonctionnaires des autres services venus en renfort, je veux vous dire merci.

Je veux aussi saluer particulièrement l’action des forces mobiles qui ont été très fortement mises à contribution. Depuis novembre 2018, ce sont 47 unités de forces mobiles (43 EGM et 4 CRS) qui sont venues prêter main forte aux forces de police et de Gendarmerie de notre département. Ces forces venaient de toute la France et nous leurs devons beaucoup. Elles ont tenu le terrain et travaillé sans trêve pendant des journées entières, sous les projectiles aussi divers que dangereux (outre les pétards et cocktails Molotov, vous avez été attaqués à coups de galets, boules de pétanque, acide, boulons, et j’en passe….). Elles ont agit avec une très grande rigueur, malgré les conditions difficiles, et malgré la fatigue. Nous leur devons beaucoup. Merci

Je n’oublie pas les militaires de l’opération Sentinelle qui concourent à la sécurisation de notre territoire et à la lutte contre la menace terroriste. Votre présence est appréciable et appréciée par nos concitoyens, elle a d’ailleurs en plusieurs occasions fait ses preuves. Nos forces armées agissent, aussi bien en OPEX, à des milliers de kilomètres de la France mais aussi à côté de chez nous dans nos quartiers, nos gares, nos aéroports.

Mesdames et Messieurs, nous vivons dans un monde qui change très vite, et les menaces qui pèsent sur notre sécurité évoluent très vite aussi.

Je prendrai trois exemples : le trafic de stupéfiants prend chaque jour des formes de plus en plus sophistiquées. Dans ce contexte, je suis d’autant plus fière des saisies record réalisées par les Douanes cette année dans notre département. Je salue à cette occasion l’excellente collaboration que vous avez, douaniers, avec tous les services d’enquête spécialisés et je suis très heureuse de constater que cet état d’esprit donne des résultats très probants.

Second exemple des conséquences pour nous de ces bouleversements mondiaux : les flux migratoires. L’instabilité politique, les conflits ou, plus simplement, l’espoir d’une vie meilleure en Europe poussent de nombreuses personnes, souvent de jeunes hommes à entrer clandestinement sur notre territoire. Certains relèvent de la demande d’asile. Pour que nous soyons capables d’accueillir dignement ceux qui obtiennent l’asile, de les intégrer, de leur offrir une vie meilleure, il nous faut être capables, aussi, de reconduire ceux qui n’ont pas vocation à rester sur notre sol.

C’est le difficile mais indispensable travail de la police aux frontières. Agents et officiers de la PAF, en toute première ligne, mais aussi des policiers et des gendarmes. Ces sujets sont sensibles et je mesure chaque jour la grande qualité du travail que vous réalisez, la juste mesure que vous mettez dans vos interventions, Vous êtes de grands professionnels, je le sais et je l’apprécie, mon soutien vous est acquis.

Troisième exemple, la radicalisation. Notre département en a vécu douloureusement les conséquences, et je salue le travail minutieux réalisé au fil de l’année par nos services spécialisés de renseignement afin de tout faire pour éviter que des drames tels que ceux de St Etienne-du-Rouvray ou plus récemment de Strasbourg, se reproduisent. Nous travaillons en bonne harmonie avec l’ensemble de nos partenaires et notamment les Procureurs.

Mesdames et Messieurs les sapeurs  pompiers, je suis très heureuse de vous voir ici en nombre. Vous avez été très sollicités cette année encore, y compris pendant ce mouvement des gilets jaunes, Un mot particulier pour les pilotes de drone qui ont très utilement sécurisé, avec leurs images, l’intervention de leurs collègues en milieu difficile. Je n’ignore pas les contraintes liées à l’augmentation significative de votre activité opérationnelle, d’année en année. Nous travaillons de concert et en confiance avec votre CASDIS, et son président, pour trouver des solutions.

Je n'oublie par ailleurs pas que les pompiers font parfois l'objet de violences. Comme l’a exprimé le ministre de l’intérieur, il n'est pas admissible que "ceux qui portent secours et protègent les français soient la cible d’actes imbéciles, lâches et criminels". C’est pourquoi, nous avons revu en septembre le protocole liant le service départemental d’incendie et de secours (SDIS), la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) et le groupement de gendarmerie départementale (GGD).

Enfin je voudrais saluer le travail réalisé par l'ensemble des directions des services de l’État, préfecture et DDI, mobilisés au fil de l’année pour faire face aux aléas de sécurité publique et civile. J’ai ainsi plus particulièrement en mémoire ces 14 jours récents, ; souvent des week-ends, où le centre opérationnel départemental a été activé. J’ai pu constater l'engagement sans faille, de l'ensemble des agents du SIRACED-PC et de la direction des sécurités de la préfecture, mais aussi de l'ensemble des services durant ce mouvement. Leur mobilisation m’a permis d'avoir en temps réel la connaissance de la situation sur le terrain, pour me permettre de prendre les meilleures décisions.

L'année 2018 a aussi été marquée par d'autres événements, tels que les mouvements sociaux des agents SNCF, des agents portuaires et dockers. Vous avez tous agit avec professionnalisme face à ces évènements et, outre les forces de maintien, de l’ordre, je tiens à saluer l’excellent travail mené par le service du renseignement territorial, qui a su créer et entretenir un vrai lien avec toutes les forces économiques et sociales de notre territoire. Il a mon entière confiance, et dans ce domaine, la confiance fait beaucoup.

2018 a vu aussi la montée en puissance de la police de sécurité du quotidien. Ce mouvement se poursuit cette année au Havre avec la mise en place d’un Quartier de Reconquête Républicaine « QRR »   sur les secteurs de la Mare Rouge et de Mont Gaillard.

En matière de sécurité routière, nous avons eu la satisfaction de voir le nombre de morts sur nos routes baisser. Il faut néanmoins nous garder de tout triomphalisme. 46 morts, c’est 46 morts de trop. L’EDSR et tous les services qui œuvrent dans ce domaine se sont pleinement mobilisés pour arriver à ce résultat, je les en remercie, et je peux d’ores et déjà vous dire que cette mobilisation ne faiblira pas.

2018 aura par ailleurs été une année chargée en matière de gestion de crises de sécurité civile. Nous nous souvenons tous de la tempête Eléanor suivie d’une crue de la Seine, de la neige, du verglas, et des orages, sans oublier l'explosion de l’usine SAIPOL à Dieppe qui a malheureusement fait deux morts, mais qui a illustré la très bonne maîtrise de nos pompiers experts en risques technologiques et chimiques.

Pour faire face à ces risques, naturels et industriels, significatifs dans notre département, nous poursuivons un important et lourd travail partenarial d’élaboration des plans de gestion de crise, ainsi qu’un programme soutenu d’exercices. C’est un pan parfois peu connu de notre activité, mais il est fondamental et je salue le professionnalisme des équipes du SIRACEDPC en la matière.

Je remercie aussi les démineurs, l’équipe de la base hélicoptère de la sécurité civile, ainsi que toutes les associations de sécurité civile du département pour leur mobilisation et leur travail. Nous vous sollicitons régulièrement et nous le ferons d’autant plus en 2019 avec l’organisation de l’Armada qui va nécessiter une mobilisation très forte de tous.

L'année qui s'ouvre sera effectivement pleine de défis.

Il nous faudra bien sûr continuer à gérer l’ordre public lors des mouvements sociaux, mais il y aura aussi la coupe du monde de foot féminin, les visites ministérielles…. et tout cela ne devra pas entraver notre action en matière de sécurité publique et routière, de prévention de la délinquance, et d’exercices de crise.

Mesdames et Messieurs, que vous soyez policiers, gendarmes, pompiers, fonctionnaires civils ou militaires, associatifs, vous avez accompli lors de l’année qui vient de s’écouler, un travail remarquable, que je mesure pleinement.

Vous vous êtes investis sans vous ménager, ni compter votre temps. Vous avez fait face avec calme et professionnalisme aux difficultés. Je veux vous dire aujourd’hui que je suis particulièrement fière. Fière de vous et de la qualité de votre engagement.

Nous tous, ici présents, sommes les garants du pacte républicain qui nous lie avec l’ensemble des habitants de ce département et de cette région. C’est pour moi, comme pour mon directeur de cabinet, en charge de ces sujets, un engagement fort sur les dossiers de sécurité et de prévention et une grande fierté de représenter l’État et de travailler avec vous,

Vous avez et ce ne sont pas que des mots, ma confiance et mon soutien total pour poursuivre notre mission commune au service de nos concitoyens,

Vive la République, et vive la France !